Comment l’air pollué affecte notre santé

Dans un article publié cette année, des chercheurs ont examiné le lien entre l’augmentation des niveaux de pollution de l’air extérieur et l’augmentation des hospitalisations pour des problèmes de santé graves. Leurs résultats suggèrent que l’exposition à long terme à la pollution atmosphérique est plus nocive que l’exposition à court terme, et que l’exposition à long terme a un impact encore plus fort sur les résultats de santé.

Ozone

Les effets de la pollution atmosphérique sont importants sur la santé publique, le changement climatique et la santé individuelle. L’ozone est la forme la plus courante et la plus nocive de pollution atmosphérique, car il provoque des irritations respiratoires et réduit la croissance des plantes. Cette substance chimique est formée par les réactions des oxydes d’azote et des composés organiques volatils, qui sont libérés lors de la combustion de combustibles fossiles. Une exposition à court terme peut provoquer une toux et des douleurs thoraciques, tandis qu’une exposition à long terme peut entraîner une diminution de la fonction pulmonaire et aggraver les affections pulmonaires existantes.

L’ozone troposphérique est le plus élevé l’après-midi et en début de soirée. Ce gaz est dangereux car il provoque une constriction des voies respiratoires, obligeant le système respiratoire à travailler davantage. La pollution atmosphérique causée par les incendies de forêt contient bon nombre des mêmes toxines que la fumée. L’ozone est également un produit chimique courant, et il est le résultat de la réaction entre la lumière du soleil et les polluants. L’ozone troposphérique est une forme courante de pollution atmosphérique.

Les matières particulaires

Il existe plusieurs composants de la matière particulaire dans l’air, notamment le dioxyde de carbone, les oxydes d’azote, les oxydes de soufre et le carbone noir. Ces éléments sont produits lors de la combustion du carburant. Dans la plupart des endroits, les réglementations sur la pollution atmosphérique se concentrent sur les PM2,5, une forme de particules particulièrement nocive pour la santé. On sait que l’exposition au carbone noir augmente le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral chez les populations. Elle est également associée à d’autres problèmes de santé, notamment l’asthme, les maladies pulmonaires obstructives chroniques et la bronchite. L’exposition au noir de carbone est également liée à une variété de cancers.

Lorsque les niveaux de particules augmentent, il existe des risques pour la santé des personnes de tout âge. L’exposition à court terme à des niveaux élevés de pollution atmosphérique a été liée à un risque accru de maladie pulmonaire chez les adultes et les enfants. L’exposition à des niveaux élevés de pollution atmosphérique peut aggraver une maladie pulmonaire existante chez les adultes plus âgés, qui ont déjà des antécédents de maladie cardiaque. Et chez les enfants, l’exposition peut entraîner un risque accru d’asthme, car ils ne sont pas en mesure de respirer suffisamment bien pour filtrer les particules.

Bronchite chronique

L’affection connue sous le nom de bronchite chronique se caractérise par une toux persistante et la production d’expectorations, c’est-à-dire de mucus provenant des voies respiratoires inférieures. Le tabagisme est l’un des principaux facteurs de risque, mais la pollution atmosphérique est également soupçonnée de jouer un rôle dans l’apparition de cette affection. En plus de rendre les poumons plus sensibles aux infections respiratoires, la pollution atmosphérique peut également aggraver d’autres problèmes de santé, notamment les maladies cardiovasculaires, les maux de tête et même les crises cardiaques.

La quantité de particules et d’ozone dans l’air peut entraîner toute une série de problèmes de santé. Plus les particules sont présentes dans l’air, plus elles causent de problèmes. Comme les globules blancs captent les particules, elles sont plus susceptibles de s’accumuler dans les poumons. Les personnes qui fument et vivent dans des villes très polluées ont les poumons assombris. Les personnes qui souffrent de problèmes respiratoires sont particulièrement sensibles à l’exposition aux particules et à l’ozone. Dans certains cas, une exposition prolongée aux polluants peut entraîner l’athérosclérose, une affection grave qui peut provoquer des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

Substances cancérigènes

Depuis des années, les chercheurs s’inquiètent des effets de la pollution atmosphérique sur la santé humaine. Si certains composés ont été classés comme cancérigènes, beaucoup ne l’ont pas encore été. Le programme de monographies classées du CIRC, parfois appelé « encyclopédie des cancérogènes », vise à fournir des preuves faisant autorité sur ce qui provoque le cancer. L’agence a classé un large éventail de produits chimiques, notamment des poussières, des solvants et des métaux. Selon son dernier rapport, la pollution de l’air est une cause majeure de cancer du poumon et est en augmentation dans certaines régions du monde. En 2010, le CIRC a indiqué que la pollution atmosphérique était l’un des principaux responsables de 223 000 décès par cancer du poumon dans le monde.

L’exposition à la pollution atmosphérique est connue pour augmenter le risque de certains cancers, tels que le cancer du poumon et le cancer de la vessie. L’exposition à la pollution atmosphérique est considérée comme équivalente à la fumée de tabac secondaire en termes de capacité à provoquer le cancer. L’exposition à la pollution atmosphérique varie d’un pays à l’autre, mais les dangers sont similaires à ceux de la fumée secondaire du tabac. Le CIRC recommande également de limiter l’exposition à la pollution atmosphérique.

Effets à long terme

L’exposition à la pollution atmosphérique a de graves conséquences sur la santé humaine. L’exposition à court terme à la pollution atmosphérique est liée aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et aux infections des voies respiratoires inférieures. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi des liens entre la pollution atmosphérique et le cancer, l’asthme et le diabète de type 2. Les recherches montrent également que la pollution de l’air peut augmenter le risque de développer des maladies obstétricales chroniques.